2005
Relations franco-allemandes

Solidarité énergétique franco-allemande - le rôle de la Sarre

Le « deal » énergétique franco-allemand, une solution pour sortir de la crise ?

Le 5 septembre 2022, le président français Emmanuel Macron a déclaré à l'issue d'une vidéoconférence avec le chancelier allemand Olaf Scholz : « L'Allemagne a besoin de notre gaz et nous, nous avons besoin de l'électricité produite dans le reste de l'Europe et notamment en Allemagne ». L'objectif du deal énergétique franco-allemand est de favoriser les échanges énergétiques entre les deux États. L'Allemagne continuera à fournir de l'électricité à la France et la France, en contrepartie, approvisionnera l'Allemagne en gaz.

 

La production d'énergie en Allemagne et en France

La situation énergétique est tendue dans les deux pays. Ce que la pénurie de gaz représente en Allemagne, la pénurie d'électricité l'est en France. En France, environ un tiers des ménages se chauffent à l'électricité, alors qu'en Allemagne, environ 50 % des ménages se chauffent au gaz. En outre, l'Allemagne a besoin de gaz en grande quantité pour son industrie. Ainsi, en 2021, l'Allemagne a eu une consommation de 90 milliards de mètres cubes de gaz naturel, tandis que la France n'en a consommé que 43 milliards sur la même période. En temps normal, la France produit suffisamment d'électricité. Mais, actuellement, deux facteurs se conjuguent pour expliquer la pénurie d'électricité en France. La France couvre approximativement 70 % de ses besoins en électricité grâce à ses 56 réacteurs nucléaires répartis sur 18 sites de centrales nucléaires.

Or, depuis des semaines, plus de la moitié des réacteurs sont à l'arrêt pour cause de maintenance ou de problèmes de corrosion constatés sur douze réacteurs. En raison de la baisse du niveau des cours d'eau, certaines centrales ont dû être déconnectées du réseau, car la quantité d'eau disponible pour le refroidissement était insuffisante. Électricité de France (EDF), l'exploitant, s'est fixé pour objectif de remettre en service les centrales nucléaires d'ici février 2023. Il n'est toutefois pas encore certain que cet engagement puisse être tenu. Le groupe est endetté à hauteur de 42 milliards d'euros. Le 6 juillet 2022, la Première ministre Élisabeth Borne a annoncé la renationalisation complète. Jusqu'à présent, EDF n'appartenait qu'à 84 % à l'État. L'utilisation de l'énergie nucléaire pour la production d'électricité restera encore longtemps un sujet de préoccupation pour la France en raison des problèmes persistants des centrales nucléaires et de l'état de délabrement du groupe EDF. Le second facteur de pénurie d'électricité concerne l'hydroélectricité, deuxième source d'énergie dans la production française d'électricité. Mais, la fourniture d'électricité par les centrales hydroélectriques a été peu fiable à cause du faible niveau des cours d'eau dû à un été caniculaire et particulièrement sec.

L'Allemagne, contrairement à la France, a produit durant le premier semestre 2022 beaucoup plus d'électricité que d'habitude. Au lieu d'importer de l'électricité de France comme elle le fait habituellement depuis 1990, l'Allemagne a exporté de l'électricité vers la France. Les importations et exportations d'électricité permettent de compenser les fluctuations du réseau. Actuellement, environ la moitié de l'électricité produite en Allemagne provient de sources d'énergie renouvelable. Cependant, la production d'électricité à partir de gaz a également augmenté afin d'approvisionner la France en électricité.

À la différence de l'Allemagne, la France dispose de quatre ports méthaniers qui permettent d'importer par bateau quelque 33 milliards de mètres cubes de gaz naturel liquéfié. Elle achète une autre partie de son gaz à l'Espagne via des gazoducs. Avant la guerre en Ukraine, la France s'approvisionnait pour un quart et l'Allemagne pour plus de la moitié auprès de la Russie. Aussi, la dépendance de l'Allemagne vis-à-vis du gaz russe était-elle bien plus importante que celle de la France.

 

Le rôle de la Sarre dans l'approvisionnement en gaz entre l'Allemagne et la France

Afin d'acheminer le gaz de la France vers l'Allemagne, il est prévu d'utiliser la ligne nord du gazoduc Megal. Megal est l'abréviation de Mittel-Europäische Gasleitung (gazoduc de l'Europe du Centre) et fait partie du système interconnecté européen de gazoducs dans le sud de l'Allemagne. Ce pipeline importait normalement du gaz de République tchèque vers la France via l'Allemagne (Bavière - Hesse - Rhénanie-Palatinat - Sarre). Le point de passage à la frontière entre la Sarre et la Moselle se trouve à Medelsheim en Sarre, un quartier de Gersheim, et à Obergailbach dans le département de la Moselle.

Il est désormais envisagé que le gaz soit livré de la France vers l'Allemagne. L'inversion du flux du gaz doit d'abord être réalisée techniquement. Il est par ailleurs problématique que du gaz odorisé, c'est-à-dire contenant des substances odorantes, circule dans les gazoducs français. En Allemagne, cela n'est pas autorisé car, selon le ministère fédéral de l'économie, la forte teneur en soufre contenue dans les substances odorantes ajoutées peut provoquer des dégradations sur les installations industrielles et ainsi causer des problèmes aux gros consommateurs. Par contre, les ménages privés ne sont pas concernés. Si cela arrive, les substances odorantes ne sont ajoutées qu'au niveau communal. Une solution est déjà en cours d'élaboration par l'entreprise GRTgaz Deutschland, un des exploitants du gazoduc Megal. À court terme, le gaz odorisé pourrait être toléré dans les gazoducs. Une solution à moyen terme pourrait être la construction d'une installation de désodorisation au point de transfert Medelsheim - Obergailbach. Cette possibilité est actuellement examinée par les commissions et groupes de travail correspondants.


 

Partager avec les autres

Pour rester à jour
S'inscrire à la Newsletter